L. ONERVA

(1882-1972)

 

Finlandaise de langue finnoise.

Hilja Onerva Lehtinen naquit à Helsinki. Sa mère fut internée dans un asile psychiatrique alors qu’elle avait sept ans.

Elle montre ses premiers écrits à l’âge de dix-sept ans, et poursuit de brillantes études, à Helsinki, Paris, Rome, Dresde… Elle se marie en 1905 avec un officier, Väino Streng. En 1907 elle rencontre le poète Eino Leino, qu’elle suit à Rome.  Elle devint la « muse » du poète, mais leur relation fut orageuse et elle rentra seule en Finlande en 1909.

L’œuvre de L.Onerva est quasiment intimiste. Le lyrisme est pour elle confidence. La délicatesse des poèmes les rendent toujours, à mon avis, pertinents.

 

Runoja (Poèmes), 1908 ; Murattiköynnös (Le lierre), 1911.

Aucun livre disponible en français.

 

 

Salainen syy

 

Tuskani syytä en tohdi ma sanoa

kenellekään....

 

Lohtua en voi toivoa, anoa,

tuskani syytä kun tohdi en sanoa.

 

Orvoksi jään,

ijäti vaille ystävää, kotia....

 

Osani yksin on taistelut sotia

elämän tään.

 

Tuskani syytä en tohdi ma sanoa

kenellekään....

 

 

 

Raison secrète

 

La raison de ma douleur je n’ose la dire

à personne…

 

Je ne veux espérer de consolation, implorer,

la raison de ma douleur, je n’ose la dire.

 

Je reste orpheline,

toujours sans ami, ni foyer…

 

Mon destin seul est de mener guerre

pour la vie.

 

La raison de ma douleur je n’ose la dire

à personne…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Veikko Antero KOSKENNIEMI 

(1885-1960)

 

Finlandais de langue finnoise.

Né à Oulu, Veikko Antero Koskenniemi est d'abord uniquement écrivain mais commence en 1921 une carrière de professeur à l'université de Turku. Très germanophile, il soutiendra même fortement le nazisme contre la menace soviétique. Il traduira en finnois de nombreux grands auteurs allemands.

Plutôt traditionnaliste, chantre plutôt patriote et quasiment régionaliste, son oeuvre a un intérêt surtout historique ; très connu en Finalnde, il a sa place dans cette anthologie.

 

Runoja (Poèmes), 1906 ; Valkeat kaupungit ynnä muita runoja (Les villes blanches et autres poèmes), 1908 ; Kootut runot (Poèmes complets), 1918.

 

Aucun livre disponible en français.

 

Iltalaulu merellä

 

Olen seurannut tähteä monta, monta,

olen pyrkinyt moneen satamaan,

olen kokenut kaipuuta pohjatonta,

olen kokenut onnen – unessa vaan,

olen kyntänyt kuohuista, kylmää merta,

olen harhannut usvaista ulappaa -

ah, kaikki tähdet pettävät kerta

ja kaikki ulapat upottaa !

 

Minä katselen aallon tummaa phjaa

ja hyrskyä harjalla aallokon -

vain meri ja myrsky mun purttani ohjaa

ja kaikki tähdet sokeat on.

Ylt' ympäri rauhaton ulappa pauhaa

ja lepoa vailla mun rintani lyö.

Oi tähti, tähti, ken tiedät rauhaa,

sua eikö jo ylleni sytytä yö ?

 

 

 

Chant du soir au bord de la mer

 

J'ai suivi tant d’étoiles, tant d’étoiles,

j'ai désiré de nombreux ports,

j'ai ressenti désir sans bornes,

et le bonheur, dans le sommeil,

j'ai sillonné la mer froide, écumante,

je me suis perdu au large brumeux -

Ah, toutes les étoiles trompent, un jour,

et les horizons nous submergent !

 

Je regarde le fond sombre de l'onde

la crête de la vague déferlant -

la mer et la tempête m'ont mené

et les étoiles sont aveugles.

L’horizon pesant est sans paix

et mon cœur bat sans repos.

Etoile, étoile, toi qui connais le repos,

ne peux-tu allumer la nuit ?