Ellen Sylvia Blind

(1925)

Same du nord.

Accalat gå dån, 1975 ; Muitót ja juejurdagat, 1976.

 

 

Mon ohcalan

 

Mon ohcalan oktavuoða

iežan máddariin

Mu váibmu čuorvu dan eallimii

mon in moret dáp

 

Mon ohcalan iežan soga

iežan giela maid

Lean ođđa gilvva dán eallimis

Mon in soaba deik

 

Mon ohcalan sámieallima

masa riegádin

In dovdda dorvvu dán eallimis

Mon lean vieris dás

 

Mon ohcalan bielloskála

gaccaid lahcama

Ja misiid ja áldduid ruovgama

Váibmu bávččas lea

 

Mon ohcalan duoddariidda

oaidnit bohccuidan

Go giđđa boahtá lean ráfehin

Mon in jaskkot dáp

 

*

 

Me manque...

 

Me manque la compagnie

de ma propre famille

Mon cœur aspire

à mon ancienne vie

je ne me plais pas ici

 

Me manquent mes proches

et ma langue maternelle

je suis un arbre

en une nouvelle vie

je ne m’acclimate pas

 

Me manque la vie same

où je suis née

Je ne connais aucune sécurité

en ma nouvelle vie

je suis une étrangère

 

Me manque le bruit de la clochette des rennes

le fracas des sabots

des petits et des femelles

grognant

mon cœur est tourmenté

 

Me manquent les étendues sauvages

pour voir mes rennes

Quand le printemps vient

je deviens agitée

je ne trouve pas le repos

 

 

Pål Doj

(1938)

Same du sud. Reporter.

 

Aerebi

 

Måjhtam aerebi krievvie

biejjege

vuelnie daelvielaantesne

tjåanghkeni

 

Måjhtam man tjeahpetji

aehtjie

bovtsh tjuajka giehtjede

mejtie gaajhke

 

Måjhtam pluevieraedtesne dålle

guktie biejjie lopmem gijkehte

guktie bienje minnjehkem geehtie

 

Måjhtam guktie mou gaavalohke

bööti gosse guvhkiehtim

guktie abpe Krievvie

båata rahtjen

 

Daelie jællan akth mah

bovtsen giejh lopmesne vuajnam

lopmedoenehken gieje asvehte

 

Daajrah daelie gusnie mov

gaavalohke

daajrah gusnie raedtie

daajrah gusnie jienhke

 

*

 

Avant

 

Avant - je me souviens du troupeau de rennes

qui étaient rassemblés les jours

en bas, au pays de l’hiver

 

Avant - je me souviens comme minutieusement

mon père faisait le tour du troupeau

vérifiant qu’aucun ne manquait

 

Avant - je me souviens du feu dans le marais

comme le soleil brillait sur la neige

comme mon chien guettait les traces des lièvres

 

Avant - je me souviens du gaavalohke

comme elle venait quand je l’appelais

comment tout le troupeau se hâtait

 

Maintenant je ne vois que les traces dans la neige

derrière un renne ici et là

les traces des motos-neige effraient

 

Sais-tu aujourd’hui où est mon gaavalohke

sais-tu où est allé le raedtien

sais-tu où est le jienehen

 

 

Zone de Texte: