Henrik NORDBRANDT

(1945)

 

Henrik Nordbrandt a passé une bonne partie de sa vie en Italie, en Grčce, et en Turquie. « Exilé volontaire », il est auteur d’une śuvre prolifique : počmes (une vingtaine de recueils), des essais, des livres pour enfant et męme un livre de cuisine.

Il a reçu le prix du conseil nordique en 2000.

 

L’un des grands počtes nordiques contemporains ; il exprime souvent avec une simplicité presque prosaďque des sentiments subtils, au travers de remarques imprévues mais étonnantes de justesse, pointant des réalités aussi profondes qu’inaperçues. Il est l’un des grands « chercheurs » de la poésie danoise.

 

Digte (1966) ; Omgivelser (1972) ; Glas (1976) ; Rosen fra Lesbos (1979) ; etc.

 

Un volume paru en grançais : “Le pont des ręves”, chez Circé.

 

Nĺr vi forlader hinanden

 

Nĺr vi forlader hinanden, forlader vi samtidig

alle de steder, hvor vi har vćret sammen :

Den forsřmte forstad med de rřgsvćrtede huse

hvor vi boede en mĺned, natlige byer

hvis navne vi har glemt, og stinkende asiatiske hoteller

hvor vi nu og da vĺgnede i middagsheden

med en fřlelse af at have sovet i tusind og et ĺr.

Og alle de smĺ, svćrt tilgćngelige bjćrgkapeller

langs vejen mellem Athen og Delphi

hvor olielamperne brćnder sommernatten igennem

forlader vi samtidig, nĺr vi forlader hinanden

 

 

 


Quand on se quitte

 
Quand on se quitte, on quitte aussi

tous ces lieux oů nous sommes allés ensemble,

les faubourgs peu fréquentés, leurs maisons tachées

   de fumée

oů nous avons vécu un mois, villes oů nous avons dormi,

leurs noms sont oubliés, hôtels puants d’Asie

oů nous nous réveillions parfois dans la chaleur de midi

comme si nous avions dormi mille et une années.

Et toutes les petites chapelles de montagnes, quasi

   inaccessibles

sur la route d’Athčnes ŕ Delphes

oů les lampes ŕ huile brűlent toute la nuit d’été

nous les quittons aussi, quand on se quitte.