Nils-Aslak Valkeapää

(1943)

Same du nord. Enseignant, artiste peintre, musicien. A abtenu le prix du conseil nordique pour « Beaivi, Áhčážan » (Soleil, mon pčre), traduit dans de nombreuses langues.

 

 

Go mun vulgen,

rahpasii gáibádusa áhpi,

dovddut boltase.

 

Vulgen,

vuoi beasašin

gorudis, áiggis, báikkis.

Vulgen,

vuoi lagabui ollešin.

 

Sáhtášin suotnjat

du miela vuollái,

čágašin

du váimmu

árrangáddái,

dola lieggasii.

 

*

 

Quand je suis parti,

s’ouvrit l’immensité de la nostalgie,

les sentiments brűlaient.

 

Je suis parti,

si je pouvais ętre

dans le corps, dans le temps, au lieu.

Je suis parti,

si je pouvais me rapprocher.

 

Si je pouvais entrer

sous ta volonté,

trouver la place

prčs du foyer

de ton cśur,

dans la chaleur des flammes.

 

Sara Päiviö

(1946)

Same du nord. Vit ŕ Stockholm.

 

 

Biegga

 

Mu unna nieiddaš lea mánáidgárddis

man namma lea Biegga. Namma boktá

mu dovdduid.

Dovddan láfobiekka njávkaleami,

seammás go gamustan dovddan borgga.

Borga ja láfobiegga sáhttá buktit buori.

 

Vent

 

Ma petite fille va ŕ la crčche

qui s’appelle le Vent. Je suis pleine d’émotions

par ce nom.

Je connais la douce caresse du vent,

en męme temps qu’une autre émotion parle de la tempęte.

Tempętes et vents tičdes peuvent devenir un bel équilibre.

 

*

 

Sihkkelmátki

 

Go mon sihkkelasttán Erstagáhtas Skeppsbronii,

láven bisánit Slussenii, giddet čalmmiidan ja dovdat sáltečázi

hája, čalbmeravkalanbottas sáhttá mearrahádja doalvut mu

ruovttoluotta mánnávuhtii.

 

*

 

A bicyclette

 

Quand je pédale de la rue Erstagata vers le pont Skeppsbro,

j’ai pris l’habitude de m’arręter ŕ Slussen,  de fermer les yeux et de respirer l’odeur de l’eau salée

quelques secondes le parfum peut me ramener

vers l’enfance.