Olaf AUKRUST

(1883-1929)

 

Né à Lom, écrivant dans le dialecte de sa vallée natale. Admirateur du mysticisme Hindou, Perse et allemand, inspiré aussi par la mythologie nordique et fervent patriote.

 

Solrenning (Aube), 1930 ; Dikt i samling (Poèmes complets), 1942.

 

Aucun livre disponible en français.

 

Une branche nue :

 

Une branche nue avec des baies rouges

et une riche de feuilles et de fleurs,

chacune est belle à sa manière

pour qui juge - avec sensibilité.

 

L’une donne un parfum,

et douce en est la fleur.

L’autre donne le sang de son coeur

quand fuient le feuillage et les vents d’automne.

 

L’une brille et rayonne,

l’autre brûle et mûrit

et donne à la fin le sang de son coeur ;

là lourde de baies elle penche.

 

Je t’ai donné celle avec les fleurs.

Je te donne celle avec les baies.

Laquelle est la plus riche, tu le verras

un peu plus tard, sur le chemin.

 

 

Ei naki grein :

 

Ei naki grein med blodraud bær

og ei som bladrik blømer,

på kvar sin måte fagre er

for den som kjærleg dømer.

 

Den eine gjev ein ange, ho,

der ljuv ho ligg og blømer.

Den andre gjev sitt hjarteblod

når lauv og haustvind rømer.

 

Den eine skin og strålar, ho,

den andre brenn og mognar

og gjev til sist sitt hjarteblod ;

der tung av bær ho bognar.

 

Eg gav deg den med blomar på.

Eg gjev deg den med bæri.

Kven rikast er vil du få sjå

litt lenger fram på ferdi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arnulf ØVERLAND

(1889-1968)

 

Il passe une partie de son enfance à Bergen. Dès 1920 il devient communiste, mais se rétracte en 1937 suite aux procès de Moscou. Il est accusé de blasphème et acquitté en 1933. Arrêté par les nazis, il est envoyé au camp de Sachsenhausen. Il Défend, à son retour de guerre, le “Riksmål”.

 

Den ensomme fest (La fête solitaire), 1911 ; De hundrede violiner (Les cent violons), 1912 ; Brød og vin (Pain et vin), 1919 ; Berget det blå (La montagne bleue), 1927 ; Riket er ditt (Tien est le royaume), 1934 ; Samlede dikt (Poèmes choisis), 1936 ; Tilbake til livet (Retour à la vie), 1946.

 

Aucun livre disponible en français.

 

 

Lille Adam

 

Lille Adams store hode

kneiser på hans tynne hals.

Man har rost ham : Ikke dårlig !

Adam danser en alvorlig,

melankolsk og stivbent vals

og er ikke vel tilmote.

 

Damene skal engasjere.

Adam danser ikke mere.

Fra den tomme rad av stole

ser han sine venner danse.

Lange Leig har fått Constanse,

fire stykker slåss om Ole !

 

Adam går alene hjem.

Slik er livets danseskole.

En får fire, en får fem,

en får en, og en får ingen,

- lilleslem og storeslem.

 

Alle livets lunefulle

stjerner små gikk ham forbi.

Nu vil han gå hjem og dikte

seg sin første poesi.

 

 

Petit Adam

 

La grande tête du petit Adam

domine un mince cou.

On l’a loué : pas mal !

Adam danse une valse

sérieuse, mélancolique, les jambes raides,

il n’est pas très à l’aise.

 

Les dames vont inviter.

Adam ne danse plus.

Du rang vide des chaises

il voit danser ses amis.

Le grand Leig a trouvé Constance,

quatre filles se battent pour Ole !

 

Adam rentre seul chez lui.

Ainsi est l’école de danse de la vie.

L’un en a cinq, l’autre quatre,

l’un en a une, l’autre aucune.

Petit et grand chelem.

 

Les caprices de toute la vie

les petites étoiles lui passent devant.

Maintenant il ira chez lui et écrira

sa première poésie.