Poésie d’Islande (Ísland)

 

 

L’Islande est un pays d’une très grande pauvreté au XIXème siècle. Colonie danoise, elle luttera en vain pour obtenir une autonomie, voire l’indépendance. En 1871 le roi du Danemark accorde certains pouvoirs au parlement islandais, bien que les lois ne soient appliquées sans la signature du roi ; c’est en 1904 que l’île détient le pouvoir exécutif. En 1918 un référendum accorde une autonomie totale, bien que formellement le roi du Danemark reste roi d’Islande ; le 17 juin 1944, après un autre référendum, l’Islande se déclare république et rejette toute union avec le Danemark.

On ne peut parler d’une véritable vie culturelle au XIXème siècle, tant celle-ci est timide, réduite. C’est au Danemark qu’iront étudier les chanceux, mais une grande part des poètes islandais de ce siècle sont des fermiers, des journaliers autodidactes, ce qui constitue le miracle de cette littérature : du moyen âge à l’avant guerre, elle a une dimension fabuleuse.

Après guerre la vie culturelle s’organise et devient rapidement très active pour un pays comprenant peu d’habitants (environ 300000) ; de nombreuses revues d’avant-garde, de nombreux courants artistiques, comme les poètes atomiques, voient le jour.