Tarjei VESAAS

(1897-1970)

 

Célčbre romancier, traduit dans de nombreuses langues. Il est aussi počte.

 

Kjeldene (Les sources), 1946 ; Lykka for ferdesmenn (Bonheur aux voyageurs), 1949.

Aucun recueil de poésies disponible en français, mais des romans.

 

 

Det var eingong -

 

Det var ei lita bjřrk

som hadde fĺtt lov pĺ nytt lauv

midt i mai.

Ho var mest ikkje nedpĺ jorda

for den skuld

og fordi ho var sĺ grann.

 

Det kom som lova og,

ein mai vind.

Han gjorde henne řr

og sřt i borken

og sĺr i alle knuppar.

Ein fugl kom sette seg

pĺ naken kvist

og sa det var no -

 

Ho visste ingen ting

denne dagen.

Men dĺ det vart kvelden

stod ho med tunne grřnfargar

over nakent og grant.

Rar og omskapt.

 

Řr og levande.

Ho lřyste seg sakte.

Vart heilt fri for rřter, trudde ho.

Siglde som eit ljosgrřnt slřr over ĺsen.

Borte frĺ denne staden for alltid,

- trudde bjřrka.

 

 

 

Il était une fois

 

Il était un jeune bouleau

qui avait reçu promesse de nouvelles feuilles

en mai.

Il était sur la terre

pour cela

et parce qu’il était si beau.

 

Il en vint comme promis,

un vent de mai.

Ce vent l’abasourdit

et d’écorce douce

et vulnérable de tous ses boutons.

Un oiseau vint s’installer

sur la branche nue

il dit que c’était maintenant -

 

Il ne savait rien

ce jour.

Mais alors ce fut le soir

il se tenait en de minces couleurs vertes

sur sa nudité et sa beauté.

Etrange et transformé.

 

Abasourdi et vivant.

Il se libéra doucement.

Libre de ses racines, croyait-il.

Il alla comme un voile vert clair par les collines.

Loin de cet endroit pour toujours

croyait le bouleau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rudolf NILSEN

(1901-1929)

 

Journaliste ŕ Oslo et défenseur des ouvriers, partisan de l’Union soviétique. Il fut jugé ŕ oslo pour avoir introduit des textes littéraires révolutionnaires.

L’śuvre de Nilsen est puissante et originale dans l’histoire de la poésie norvégienne : comme Elvi Sinervo en Finlande, il parvient ŕ concilier parfaitement poésie et politique. En résulte une écriture poignante et juste, un ton nouveau qui conserve toute sa beauté et sa pertinence.

 

Pĺ stengrunn (Sur la pierre), 1925 ; Pĺ gjensyn (Au revoir), 1926 ; Hverdagen (Le quotidien), 1929 ; Samlede dikte (Počmes complets), 1935.

 

Aucun livre disponible en français, mais nous y travaillons.

 

 

Barnet spřr

 

Du skal ikke gĺ til de gamle, barn,
og spřrre hvad livet er !
De gamle kan huske sin egen vĺr,
men glemme den kan de isćr.

 

Nei, gĺ til de unge, men ta det med ro
om svaret blir litt brutalt.
For det er dog bedre enn milde ord,
som livet har kjřpt og betalt ?

 

Om jeg kunde si det ? - javisst er jeg ung...
men sĺnn som du graver og spřr !
En dag vil du řnske du intet visste
om alt det vi mennesker gjřr.

 

 

 

L’enfant demande

 

Ne va pas vers les âgés, enfant,

leur demander ce qu’est la vie !

Les âgés peuvent se rappeler leur propre printemps,

mais ils peuvent surtout l’oublier.

 

Non, va vers les jeunes, mais calme-toi

si la réponse est quelque peu brutale.

Mais n’est-ce pas mieux que de doux mots,

que la vie a achetés et payés ?

 

Si je pouvais le dire ? - Bien sűr je suis jeune...

mais comme tu demandes, exiges !

Un jour tu souhaiteras ne pas savoir

ce que nous adultes savons.