Nordahl GRIEG

(1902-1943)

 

Né à Bergen ; marin dans les mers du sud, puis résidant dans le nord de la Norvège, dans la région déserte du Finnmark ; professeur à Oxford, il part vivre en Russie. Sympathisant communiste, il rejoint pendant la deuxième guerre les forces norvégiennes en Angleterre. Il s’écrasa sur Berlin à bord d’un bombardier britannique.

 

Rundt Kap det gode Haab (Autour du cap de bonne espérance), 1922 ; Stene i Strømmen (Pierres dans le courant), 1925 ; Norge i våre hjerter (La Norvège dans nos cœurs), 1929 ; Digte i urval (Choix de poèmes), 1932 ; Friheten (la liberté), 1945 ; Håbet (L’espoir), 1946.

 

Aucun livre disponible en français.

 

 

Vand


Vet De hva jeg længter efter,
det som bare er at le av,
det jeg ofret år av livet,
for at få om det gikk an.
Det jeg tænker på om dagen,
det jeg griner for om natten,
det er vand !

Vand som rinder, vand som risler,
vand om våren, vand om høsten…

Kan De fatte dette mand ?

Ikke slikt som her i Østen,
med sin råtne, gule snerke,
drivende av daue rotter,
som en stinkende kloak.

Jeg kom fort på hospitalet 
engang da jeg lot det skure
ikke årket mer, og drakk.


Vand i Norge, vand av renhet, -
hvor en lægger sig og drikker,
det er dèt jeg tænker på.
Kanske regner det så sakte.
Lyden siver ned i bækken,
mellom bjerkene og lyngen.
Kanske ligger skodden grå.

Dette er det som jeg drømmer :
At jeg ligger der og slubrer.
Over begge håndledd strømmer
vandet fossende og kalt.

Nævene har tak mot bunden,
steinen gnures ind i kjødet,
dette harde, svale presset. -
Jeg kan se og føle alt.

(…)

 

 

 

Eau

 

Savent-ils ce que je désire,

il ne convient que d’en sourire,

pour cela je sacrifierais des années de vie,

pour l’avoir, si elle fuyait.

Ce à quoi je pense le jour,

ce pourquoi je grimace la nuit,

c’est l’eau !

 

Eau qui court, eau qui ruisselle,

eau du printemps, eau de l’automne...

 

Peuvent-ils comprendre cela ?

 

Non pas celle qui est ici, à l’est,

avec sa pellicule pourrie et jaune,

chariant des rats morts,

comme un cloaque puant.

 

J’allai à l’hôpital en urgence

une fois que je ne pus me retenir,

et bus.

 

Eau de Norvège, eau de pureté -

où tu t’allonges et bois,

c’est à cela que je pense.

Peut-être qu’il pleut si doucement.

Les joncs bruissent dans le ruisseau,

entre les bouleaux et la lande.

Peut-être que la brume est grise.

 

C’est de cela que je rêve :

je suis étendu là et je bois.

Sur mes deux poignets coule

l’eau froide et bruyante.

Mes deux mains sont agrippées au fond,

les pierres frottent ma peau,

cette froide, ferme pression.

Je peux voir tout et tout sentir.

(…)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inger HAGERUP

(1905-1985)

 

Née à Bergen, Inger Halsør étudia la philologie. Engagée à gauche.

 

Jeg gikk meg vill i skogene (Je me perdis en forêt), 1939 ; Flukten til Amerika ( La fuite en Amérique), 1942 ; Den syvende natt (La septième nuit), 1947.

 

Aucun livre disponible en français.

 

Dies Irae


Muette est l’heure ultime, et tout ce qui vit

va à la rencontre de sa ruine, délaissé.

La terre elle-même gît muette à genoux et attend

le dernier présage, la mort,

tandis que les hommes avec d’étroits fronts scrutent

et qu’avec de fines lèvres ils s’occupent avec des matras et des cornues.

Ils écrivent des poèmes sur leurs rêves de catastrophe

et ouvrent les portes de l’apocalypse.

Alors se brise la fragile coquille du monde, et la flamme

unira tous les éléments.

 

 

Dies Irae

Stum blir den siste tid,og alt som lever
går hjelpeløst sin undergang i møte.
Selv jorden ligger stum på kne og venter
det siste varsel og den siste døde,
mens mennesker med smale forskerpanner
og tynne lepper sysler med retorter.
De dikter sine katastrofedrømmer
og lukker opp apokalypsens porter.
Så brister jordens skjøre skall, og flammen
vil føre alle elementer sammen.