Steingrímur THORSTEINSSON 

(1831-1913)

 

Né ŕ Arnarstapi dans l’ouest de l’Islande, fils du vice gouverneur de la région. Il étudia la philologie ŕ Copenhague et revint enseigner en Islande. Il écrivit de nombreux ouvrages, et traduisit Shakespeare.

Parfois un peu précieux, l’art de Thorsteinsson est rigoureux et savant.

 

Ljóđmćli (Počmes), 1881.

 

Aucun livre disponible en français.

 

Svanasöngur á heiđ

 

Ég reiđ um sumaraftan einn

á eyđilegri heiđi ;

ţá styttist leiđin löng og ströng,

ţví ljúfan heyrđi’ ég svanasöng,

já, svanasöng á heiđi.

 

Á fjöllum rođi fagur skein,

og fjćr og nćr úr geimi

ađ eyrum bar sem englahljóm,

í einverunnar helgidóm,

ţann svanasöng á heiđi.

 

Svo undurblítt ég aldrei hef

af ómi töfrazt neinum ;

í vökudraum ég veg minn reiđ

og vissi’ ei hvernig tíminn leiđ

viđ svanasöng á heiđi.

 

 

Chant de cygne dans la lande

 

Je chevauchais un soir d’été, seul

dans la lande déserte ;

le chemin âpre fut moins long :

car j’entendis le chant d’un cygne,

oui, chant de cygne sur la lande.

 

Les montagnes brillaient belles, rouges,

de loin, et de prčs dans l’espace

ŕ mes oreilles se portait le bruit d’ange,

dans le jugement sacré de ma solitude,

ce chant d’un cygne sur la lande.

 

Si miraculeusement doucement, jamais

je ne fus captivé par un son ;

j’allais en un ręve éveillé

ne sachant comment fuyait le temps

avec ce chant de cygne sur la lande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kristján JÓNSSON

(1842-1869)

 

Né ŕ Krossdal, dans le nord de l’Islande. Son pčre est un fermier pauvre. Jusqu’ŕ l’âge de vingt-deux ans il est ouvrier agricole ; il apprend seul le danois, le suédois, l’anglais, l’allemand et il lit la littérature de ces quatre langues. Il peut faire des études grâce ŕ des mécčnes intéressés par ses počmes. Il devient précepteur.

 

Ljóđmćli (Počmes), 1872.

 

Aucun livre disponible en français.

 

Táriđ

 

Ţú sćla heimsins svalalind,

ó, silfurskćra tár,

er allri svalar ýta-kind

og ótal lćknar sár.

 

Ć, hverf ţú ei af auga mér,

ţú ástarblíđa tár,

er sorgir heims í burtu ber,

ţótt blćđi hjartans sár.

 

Mér himneskt ljós í hjarta skín

í hvert sinn er ég grćt,

en drottinn telur tárin mín -

ég trúi’ og huggast lćt.

 

 

La larme

 

Toi source rafraîchissante et bénie du monde,

Ô larme pure et d’argent,

rafraîchissant toutes les joues

guérissant les blessures innombrables.

 

Ah, ne disparais pas de mes yeux,

toi larme douce et aimante,

tu portes au loin les chagrins du monde,

bien que saignent les blessures du cśur.

 

Une lueur céleste a brillé dans le cśur

chaque fois que j’ai pleuré,

et le Seigneur compte mes larmes -

je crois, et me console.