Gestur_sitjandi

Gestur PÁLSSON

(1852-1891)

 

Né dans l’ouest de l’Islande, il étudie la théologie ŕ Copenhague. Admirateur de George Brandes, influencé par le réalisme, il rentre en Islande en 1882. Journaliste un temps, il émigre au Canada, oů il édite un journal. Connu pour ses nouvelles.

Son intéręt « social » en fait un počte novateur dans le romantisme islandais

Nýi skáldskapurinn (1889).

 

Aucun livre disponible en français.

 

Betlikerlingin

 

Hún hokin sat á tröppu,

        en hörkufrost var á,

og hniprađi sig saman,

        unz í kuđung hún lá,

og krćklóttar hendurnar

        titra til og frá,

um tötrana ađ fálma,

        sér velgju til ađ ná.

 

Og augađ var svo sljótt,

        sem ţess sloknađ helđi ljós

í stormbylnum tryllta,

      um lífsins vođa-ós

ţađ hvarflađi glápandi,

     stefnulaust og stirt,

og stađnćmdist viđ ekkert -

        svo örvćntingarmyrkt.

 

Á enni sátu rákir

        og hrukka hrukku sleit,

ţćr heljarrúnir sorgar,

        sem enginn ţýda veit ;

hver skýra kann frá prísund

        og plágum öllum ţeim.

sem píslarvottar gćfunnar

        líđa hér í heim ?

 

Hún var kannske perla,

        sem týnd í tímans haf

var töpuđ og glötuđ,

        svo enginn vissi af,

eđa gimsteinn sem forđum

        var greyptur láns í baug,

en glerbrot var hún orđin

        á mannfélagsins haug.

 

 

La mendiante

 

Courbée, assise sur les marches,

       dans le gel terrible,

elle se refermait

    comme un coquillage,

et ses mains crochues

        tremblaient sans cesse,

tirant ses hardes

        pour se réchauffer.

 

Et les yeux étaient si ternes

        comme si leur lumičre s’était

      éteinte

dans la fureur des tempętes,

        dans l’estuaire dangereux de la vie

errants, béants,

          vides, mornes,

fixés sur rien -

          si sombres et sans espoir.

 

Sur son front des rides

        et de profonds sillons,

les profondes runes des chagrins,

       que nul ne sait traduire ;

qui peut exprimer les prisons

        et toutes leurs plaies

que cette martyre de la fortune

      endure en ce monde ?

 

Elle était peut-ętre perle

        perdue dans la mer du temps,

perdue, égarée,

   connue de personne,

joyau il y a longtemps

   sertie dans l’anneau de la fortune,

devenue fragment de verre

       sur le tas de la société des hommes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Einar BENEDIKTSSON

(1864-1940)

 

Né ŕ Elliđavatn dans le sud de l’islande, fils d’un politicien reconnu. Diplômé de l’université de Copenhague en 1892, il lutta pour l’indépendance de l’Islande et travailla dans le premier quotidien islandais, Dagskrá. Il a traduit de nombreux auteurs étrangers, dont Ibsen. c’est une figure trčs importante dans l’histoire de l’Islande, quasi počte national, il est enterré aux côtés de Jonas Hallgrimsson ŕ Ţingvellir.

Néo-romantique pour certains, il compose de riches images et sait męler  le paysage islandais ŕ un mysticisme léger – mais sincčre.

 

Sögur og kvćđi (1897) ; Hafblik (1906) ; Hrannir ( 1913).

 

Deux volumes parus chez « l’Harmattan ».

 

Brim

 

Volduga hjartaslag hafdjúpsins kalda,

af hljóm ţínum drekk ég mér kraft og friđ.

Ég heyri í ţér skammlífa, skjálfandi alda

skóhljóđ tímans, sem fram skal halda,

og blóđ mitt ţýtur međ brimsins niđ.

 

Ég beini sál minni ađ helsins hafi,

sem handan viđ sól drekkur lífs míns straum.

Ég sé minn himin međ sólbjarmatrafi

viđ sjóndeild blandast skugganna kafi

og sekk mér í hugar míns dýpsta draum.

 

Ég sekk mér í brimhljóđsins sogandi öldu

og sál mína ađ óminnisdjúpinu kný.

Ég tel mig í ćtt viđ unnina köldu,

sem einn af dropunum mćldu og töldu,

sem hljómbrot í eilífđarhafsins gný.

 

 

 

Brisants

 

Puissants battements du cśur des froides profondeurs,

de vos bruissements je bois force et paix.

J’entends en vous la vague brčve, secouée,

le bruit de pas du temps, qui doit aller en avant,

et mon sang siffle avec le bruit des brisants.

 

Je dirige mon âme vers la mer de la mort,

qui au-delŕ du soleil noiera le flot de ma vie.

Je vois mon ciel avec le bord brillant de soleil

et l’horizon męlé des ombres de la mer

et je me plonge dans les plus profonds ręves de ma pensée.

 

Je me plonge dans les brisants résonnants des vagues qui entraînent

et mon âme force vers les profondeurs de l’oubli.

Je me compte de la race des vagues froides,

une des gouttes comptées, estimées,

comme un fragment de bruit

   dans le grondement de l’océan de l’éternité.