Stefán frá HVÍTADAL
(1887-1933)

 

Fils de charpentier, né dans l'ouest de L'islande, ŕ Hólmavík. Apprenti dans une imprimerie, il contracte la tuberculose. Il part travailler en Norvčge, mais passe une grande partie du temps en sanatorium. Il revient en islande oů il est fermier, élevant une grande famille. Il se convertit au catholicisme en 1923.

 

Söngvar förumannsins (Chants du vagabond), 1918 ; Óđur einyrkjans (Chants du fermier), 1921 ; Heilög kirkja (Sainte église), 1924 ; Helsingjar (Bernaches), 1927 ; Ljóđmćli (Počmes), 1945.

Aucun livre disponible en français.

 

 

Erla, góđa Erla

 

Erla, góđa Erla !
Ég á ađ vagga ţér.
Svíf ţú inn í svefninn
í söng frá vörum mér.
Kvćđiđ mitt er kveldljóđ,
ţví kveldsett löngu er.

Úti ţeysa álfar
um ísi lagđa slóđ.
Bjarma slćr á bćinn
hiđ bleika tunglskinsflóđ.
Erla, hjartans Erla,
nú ertu ţćg og góđ.

 

 

Erla, gentille Erla !

 

Erla, gentille Erla !

Je vais te bercer.

Glisse-toi dans le sommeil

depuis le chant de mes lčvres.

Mon počme est počme soir,

car le soir est long.

 

De ces fées

en un sentier de glace.

La lueur fait une pričre

ce flot de lumičre lunaire.

Erla, Erla de mon cśur,

maintenant tu es douce, obéissante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zone de Texte: Davíđ STEFÁNSSON 
(1895-1964)

Né dans le nord de l'Islande, ŕ Fagrirskogur, fils d'un fermier membre du parlement. Il étudia la philosophie ŕ Copenhague, voyagea en Scandinavie, Italie, et Russie. Bibliothécaire ŕ Akureyri, il écrivit aussi des pičces de théâtre et un roman.
La poésie de Stefánsson prépare le lyrisme amer et laconique des počtes atomistes.

Svartar fjađrir (plumes noires), 1919 ; Kvćđi (Počmes), 1922 ; Kveđjur (Vśux), 1924 ; Ný kvćđi (Nouveaux počmes), 1929 ; Kvćđasafn (Počmes complets), 1930 ; Í byggđum ( A la campagne), 1933 ; Ađ norđan (Du nord), 1936 ; Ný kvćđabók (Nouveau livre de počmes), 1947.
Aucun livre disponible en français.

 

 

Le feu dans les cendres se cache

 

Le feu dans les cendres se cache,

l’amour en une âme silencieuse.

-  Je lčve pâle la coupe

et je bois ŕ ta santé.

 

Autrefois nous buvions prčs du feu

d’une coupe de vin empoisonné.

Je jurai de ne jamais écrire

de počmes d’amour pour toi.

 

Je bois jusqu’ŕ la lie en silence

ŕ ta santé et ŕ celle de la mort.

- Le feu se cache dans les cendres

l’amour en une âme silencieuse.

 

 

Eldur í öskunni leynist

 

Eldur í öskunni leynist

og ást í ţögulli sál.

- Bikarnum lyfti ég bleikur

og bergi ţína skál.

 

Viđ báliđ bergđum viđ áđur

úr bikarnum lyfti ég bleikur

Eg lofađi ađ yrkja aldrei

ástarljóđ til ţín.

 

Í dreggjunum drekk ég hljóđur

dauđans og ţína skál.

- Eldur i Oskunni leynist

og ást í ţöglri sál.