Mynd:Tómas Guđmundsson.jpg

Tómas GUĐMUNSSON

(1901-1983)

 

Né ŕ Efri-brú, dans le sud ouest de l'Islande. Il fait des études de droit et travaille au bureau des statistiques islandaises. Il voyagea beaucoup en Islande et fut co-éditeur du périodique Helgafell.

 

Viđ sundin blá, 1924 ; Fagra veröld (Monde de beauté), 1933 ; Stjörnor vorsins (Etoiles du printemps), 1940.

Aucun livre disponible en français.

 

 

Monde de beauté

 

Si doux de lune et brillant comme neige,

Ô brillant comme neige apparut ton visage.

Et tu venais lŕ chaque soir,

et chaque soir nous buvions du vin.

Et les instants passaient entre chants et amour,

entre chants et amour. Ô joyeux instants,

Ô bras si clairs, lčvres de lys.

Ô gais instants - jusqu’ŕ ce que se brisât le sort.

 

Mais pourquoi se peiner pour les jours disparus,

qui, ensoleillés, brillants, sont passés ?

Et pourquoi se lamenter sur les caresses tendres,

qui brűlčrent de la plus vive joie dans le cśur ?

D’amour et de vin priait ta jeunesse,

qui s’est réjouie des milliers de fois,

qui a vécu sa vie entičrement

un jour tendre, avec amour et vin.

 

Je ne sais d’amour qui ne meure.

Mais l’amour, qui fit la vie brillante

un seul instant, je le connais.

Et quand la nuit ténébreuse

passe sur mon âme 

et éteint les cendres de mes yeux,

alors je sais quel počme de douceur

ira atteindre mes oreilles :

 

Ô monde de beauté, vin et soleil, je te remercie !

 

Fagra veröld

 

Svo mánablíđ og björt sem mjöll,

ó, björt sem mjöll skein ásýnd ţin.

Og hingađ komstu kvöldin öll,

og kvöldin öll var drukkíđ vín.

Og stundin leiđ viđ ljóđ og ást,

viđ ljóđ og ást. Ó, glađa stund,

og ljósu armar, liljumund.

Ó, ljúfa stund, unz gćfan brást !

 

En hví skal trega horfinn dag,

sem heiđur, bjartur framhjá rann ?

Og hví skal syrgja ljúflingslag,

sem lífsglađast í hjörtum brann ?

Um ást og vín bađ ćskan ţín,

og alls ţess naut sá ţúsundfallt,

sem lifađ hefur líf sitt allt

einn ljúfan dag, viđ ást og vín.

 

Ei ţekkti eg ást, sem aldrei dó.

En ást, sem gerđi lífiđ bjart

um stundarbiđ, ég ţekkti ţó.

Og ţegar nćturhúmiđ svart

um sálu mína síđast fer

og slökkur augna minna glóđ,

ţá veit ég hvađa ljúflingsljóđ

mun líđa hinzt ađ eyrum mér :

 

Ó, fagra veröld, vín og sól, ég ţakka ţér !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Halldór LAXNESS

(1902-1998)

 

Né ŕ Réykjavik, fils de fermier. Le grand écrivain islandais, connu dans le monde entier ; Halldór Guđjónsson de son vrai nom ne termina pas ses études et voyagea beaucoup, en Europe et en Amérique. Catholique, puis communiste, il  s'en détournera aprčs avoir compris le visage du stalinisme.

Il a écrit une grande quantité de romans. Atteint de la maladie d'Alzheimer, il meurt en 1998.

Les romans de Laxness font partie des grandes śuvres romanesques du XXčme sičcle ; « La cloche d’Islande » est une śuvre sublime.

 

Kvćđakver (recueil de počmes), 1930.

 

Aucun recueil de poésie disponible en français, mais il faut absolument lire « La cloche d’Islande » (GF, trad. Régis Boyer)

 

 

SS Montclare

 

J’ai parcouru l’océan atlantique de nombreuses fois

comme j’aurais bu de l’eau.

Solitaire je m’asseyais prčs d’autres hommes

dans le fumoir.

Et nul ne me remarquait.

Ils parlaient tous de quelque chose d’important,

- tous sauf moi.

Lŕ fument en silence des âmes sans taches

de petites cigarettes.

 

Je suis fort enchanté par les femmes.

Manicure, pédicure.

De petits enfants me font des clins d’śil,

bonjour, mais taisez-vous.

vos cris me font horreur

en mode mineur ou majeur.

 

Je me suis habitué au bercement de la mer,

je me suis habitué ŕ la mer.

En des mers étrangčres je me suis męlé

ŕ des peuples divers.

Longtemps j’ai honoré l’image de l’homme

plus que dieu le créateur tout puissant

du ciel et de la terre et son fils unique

Jesus Christ notre roi avec l’esprit saint...

I’m the happiest Charleston man on board.

 

Les enfants de l’homme sont merveilleux,

tant nourris quand ils sont petits.

Ils doivent aller lire les livres,

mais aspirent ŕ sommeiller lŕ,

et grandissent vite et voyagent

plein de regrets et de désirs.

A leurs traces de pas je me réjouis,

lŕ je sens battre mon cśur.

 

Le SS Montclare était un navire de la compagnie "Canadian pacific", reliant Montréal ŕ Liverpool, avec de nombreuses escales (dont l’Islande).

 

 

SS Montclare

 

Atlantshafiđ ég einatt fór

einsog ađ drekka vatn.

Einn ég sat bakviđ ađra menn

in the smoking room.

Og einginn tók eftir mér.

Ţađ tala allir um eitthvađ stórt,

- allir nema ég.

Hér reykir í hljóđi saklaus sál

sígarettuna smáu.

 

Mjóg er ég hrifinn meyjunum af.

Manikjúr, pedikjúr.

Börnin smáu blikka mig,

blessuđ veriđ ţiđ kjur.

Ósköp leiđist mér ykkar grenj

ýmist í moll eđa dúr.

 

Vanur er ég ađ vagga á sjó,

vanur er ég á sjó.

Í útlandshöfum uni eg mér

viđ annarra ţjóđa fólk.

Laungum tignađi eg mannsins mynd

meira en guđ föđur almáttugan skapara

himins og jarđar og hans einkason

jesúkrist vorn drottin ásamt heilögum anda.

I'm the happiest Charleston man on board.

 

Mannabörn eru merkileg,

mikiđ fćđast ţau smá.

Ţau verđa leiđ á lestri í bók,

en lángar ađ sofa hjá,

og vaxa óđum og fara í ferđ

full af söknuđi og ţrá.

Viđ fótatak ţeirra fagna ég,

ţá finn ég hjarta mitt slá.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Halldór Laxness, prix Nobel de Littérature en 1955