Einar BRAGI

(1921-2005)

 

Einar Bragi Sigurđsson est le fondateur de la revue « Birtingur », revue d’avant-garde publiant les počtes atomiques et des auteurs de tous les pays.

 

Eitt kvöld í júní (1950) ; Regn í maí (1957) ; Ljós í augum dagsins (2000).

“Etangs clairs”, Sparre. Traduit par Régis Boyer.

 

Chant d’hiver

 

Dehors prčs de la fenętre ouverte

hurle d’une voix désolée

la brise nocturne et froide,

atteignant la fleur desséchée.

 

Je sens des doigts froids

palper ma poitrine nue,

mais je n’enferme pas dehors

ce présage d’hiver importun.

 

Car la brise qui va lŕ ŕ l’instant

soufflant sur la clôture

elle vient du pays

auquel mon âme est liée.

 

 

Vetrarljóđ

 

Utan viđ opinn gluggann

ýlir međ leiđum róm

nöturleg nćturgjóla,

nćđir um sölnuđ blóm.

 

Finn ég fingurna köldu

fálma um nakiđ brjóst,

ţó loka ég ekki úti

hinn áleitna vetrargjóst.

 

Ţví golan sem gekk hér áđan

gnauđandi um mitt hliđ

hún er á leiđ til landsins

sem líf mitt er bundiđ viđ.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Matthías JOHANNESSEN

(1930)

 

Matthías Johannessen est né ŕ Reykjavík en 1930. Diplômé d’études nordiques, de littérature islandaise, et plus tard d’histoire littéraire et de théâtre ŕ Copenhague. Journaliste au Morgunblađiđ jusqu’en 1959, il travailla ensuite dans l’édition. Il a écrit de nombreux recueils de počmes, des essais, des biographies et des traductions.

Il poursuit l’évolution entamée par les atomiques, mais son śuvre poétique, l’une des plus vastes de l’aprčs-guerre jusqu’ŕ l’époque contemporaine, réinscrit la poésie islandaise dans une modernité « enracinée » ; inspiré par les počmes courts japonais, par la densité du « temps et l’eau », il chante aussi bien le passé de l’Islande, son héritage, que ses pensées, des anecdotes ou des observations fugitives.

 

Borgin hló (1958).

 

Aucun livre disponible en français, quelques-uns en anglais : « The naked machine », trad. M. Brement.

 

 

Myndir í vatni

 

Ţessa leiđ gengum viđ í fyrra,

   sáum trén spegla sig í lindinni

   spegla ungt lauf, sem lindin tók

   međ sér-

   En aftur kemur nýtt lauf

   án ţess ţađ viti.

 

Viđ göngum enn sömu leiđ,

   speglum okkur í lćknum

   sjáum mynd okkar eldast,

   eldast og renna til hafs-

   mynd sem viđ vitum

   ađ aldrei kemur aftur.

 

 

 

Images dans l’eau

 

Nous avons pris ce chemin l’an dernier,

   nous vîmes les arbres se refléter

   dans le ruisseau

   se refléter la jeune feuille,

   que le ruisseau emportait -

   mais aprčs la nouvelle feuille

   n’était pas consciente de cela.

 

Nous prîmes encore le męme chemin,

   nous reflétant dans le ruisseau

   nous vîmes notre image vieillir,

   vieillir et courir vers la mer -

   image qui nous le savions

   ne reviendrait jamais.

 

 

*

 

ţú

ert kvöldsól

á heiđinni

 

lýsir upp myrkriđ

í tinnusvörtum augum

síđbúins ferđamanns

sem áir undir hrímhimni

viđ dimmumót gáir til byggđa

og horfir á fjöllin

tína af sér spjarirnar

unz ţau liggja

lognblá og nakin skyggnist

eftir nýjum krúnurökuđum degi

sem brýzt út úr fangelsi tímans

ţegar skímir til byggđa

hrópar : ó sól !

 

*

 

tu

es soleil du soir

sur la lande

 

éclairant l’obscurité

dans les yeux noirs de silex

d’un voyageur lascif

qui se repose sous un ciel de givre

ŕ l’arrivée du soir va vers les habitations

et regarde les montagnes

enlever leurs vętements

jusqu’ŕ ce qu’elles s’étendent

bleu calme et nues qu’elles cherchent

un nouveau jour

qui explose hors de la

prison du temps

quand il luit sur les lieux habités

 

et crie : Ô soleil !

 

*

 

ţú

ert tíminn og vatniđ

 

dauđi skáldsins streymir inn í ţig

og röddin er fjarlćg og mjúk

eins og niđur hafsins

viđ ţangklett

 

eins og líf hans

sem streymir inn í ţip í myrkrinu

ţegar vitundin losnar viđ tímann og vatniđ

og verđur rauđmálađ ljósdufl

sem slitnar upp

á óvissri nótt

 

rauđmálađ ljósdufl

á óvissri nótt

 

*

 

tu

es le temps et l’eau

 

la mort du počte coule en toi

et la voix est lointaine et douce

comme le murmure de la mer

dans les algues brunes

 

comme sa vie

qui coule en toi dans l’obscurité

quand la conscience se libčre prčs

du temps et de l’eau

et devient bouée éclairante peinte en rouge

qui s’use

une nuit incertaine